Depuis plusieurs années, le coworking chamboule quelque peu les règles d’un monde du travail encore globalement réticent à l’idée de donner plus de liberté aux salariés, notamment via le télétravail. Et si ce phénomène désormais incontournable était l’étincelle qui pouvait tout changer ?

 

Un télétravail encore source de blocages

Conceptualisé aux USA dès 1950, le principe de télétravail a suivi de très près l’évolution des nouvelles technologies et plus particulièrement d’internet. Aujourd’hui, 16,7 % des travailleurs français exerceraient en télétravail plus d’une journée par semaine, selon les chiffres avancés par le cabinet de conseil RH Kronos.

Un mode de travail qui, loin de se limiter à une simple alternative, aurait des effets notoires sur la productivité et le moral des salariés. En moyenne, les télétravailleurs verraient ainsi leur productivité grimper de 22 %, prendraient 5,5 jours d’arrêts de travail par an en moins et gagneraient 45 min de temps de sommeil par nuit.

De plus, en restant chez eux, les salariés qui peuvent bénéficier du télétravail réduisent leur impact environnemental et permettent à leur entreprise de réaliser quelques économies sur le foncier. Actuellement, le taux moyen d’occupation d’un poste de travail en entreprise serait en effet situé entre 40 % à 50 % ! De quoi faire réfléchir plus d’un employeur !

Pourtant, si le télétravail satisfait 96 % des télétravailleurs, managers et employeurs que s’y sont essayés, ce mode de travail est toutefois encore loin de convaincre l’ensemble des acteurs qui pourraient en bénéficier.

Les raisons de ce rejet sont multiples : un manque de confiance à l’égard des équipes ou une gestion juridique trop complexe, côté employeur ; la crainte que leur demande apparaisse comme un caprice ou que cette expérience se traduise par un isolement social, côté salariés.

Si le principe est mieux accueilli par la jeune génération et les petites entreprises, reste que 60 % des entreprises refuseraient le télétravail à leurs employés !

 

Le coworking, l’alternative incontournable

Depuis plusieurs années, on assiste à un phénomène particulièrement surprenant : certaines entreprises font le choix délibéré de proposer à leurs employés de travailler en espace de coworking ! Des lieux qu’on croyait pourtant réservés aux seuls indépendants.

Alors que le travail à domicile fait encore l’objet de toutes les suspicions pour bon nombre d’employeurs, l’émergence du coworking a en quelque sorte ouvert une nouvelle voie. Confiants dans l’idée que l’espace de travail partagé joue un rôle “régulateur” (le salarié est naturellement moins tenté de faire autre chose), les managers envisagent désormais l’espace de coworking comme une opportunité de lâcher du leste tout en s’assurant que le travail confié est bien réalisé.

Pour le salarié plongé dans ce nouvel environnement qui s’affranchit en grande partie des codes de l’entreprise, l’atout majeur, par rapport au travail à la maison, est la conservation d’un lien social et l’inspiration qui peut naître des rencontres avec des salariés issus d’autres entreprises ou d’indépendants de passage.

 

Une offre pléthorique pour les salariés et les freelances

Malgré sa relative jeunesse, le coworking n’a pas attendu bien longtemps pour connaître un véritable engouement dans la communauté des travailleurs indépendants. Il faut dire que ce concept issu d’outre-Manche venait répondre à un besoin formulé par de nombreux professionnels exerçant à leur compte : pouvoir bénéficier d’un environnement agréable, accessible et équipé afin de travailler dans de bonnes conditions. L’enthousiasme est tel que certains freelances en devenir en viennent même à chercher un espace de coworking, avant même de choisir un statut juridique !

Ce développement se traduit par une offre d’espaces conséquente et variée. Aujourd’hui, la plupart des agglomérations, comme Nantes, Nice, Lille, Paris, Bordeaux ou Lyon comptent au moins une dizaine de tiers-lieux prêts à accueillir les professionnels.

Une profusion qui permet aux indépendants, aux petites sociétés, et désormais aux salariés, de choisir un environnement de travail à la fois adapté à leurs envies et proche de leur domicile.

 

Passé de mode de travail atypique réservé aux indépendants à véritable phénomène de société, le coworking est en voie de franchir la barrière de plus en plus poreuse qui sépare l’univers des indépendants et celui du salariat. Rassurant pour les managers, plus épanouissant pour les travailleurs, le coworking pourrait bien être le chainon manquant entre travail de bureau et télétravail !